Pour Agnès V.

En 2003, Agnès Varda  installe à la 50e Biennale d’art contemporain de Venise Patatutopia, un travail sur le temps, à partir de cette légumineuse qui, même ratatinée, germe à nouveau

« J‘ai eu la chance de rencontrer des patates en forme de cœur,. Je les ai gardées et regardées. J’aimerais que ceux qui rentrent dans cette installation soient envahis d’émotions et de sourires devant le légume le plus banal et le plus modeste, la pomme de terre, et partagent mon utopie de croire que la beauté du monde résumée dans la beauté des vieilles patates nous aide à vivre et nous réconcilie avec le chaos » Agnès Varda

Cet été, j’ai retrouvé sur des claies de petites patates oubliées depuis une année et j’ai été touchée par ce souffle de  vie qui perdurait malgré le temps .J’ai  essayé de prolonger cette magie et de  mettre en scène ce que ces patates étaient devenues… Août 2019

https://loeildelaphotographie.com/fr/annie-gava-pour-agnes-v/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *